logo note  les artistes présents au festival 2019
Diana Axentii, soprano
Originaire de Moldavie, Diana Axentii s’établit en France et poursuit ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Lyon où elle obtient son Prix de Chant à l’unanimité. Elle remporte des prix lors de plusieurs concours : UPMCF à Paris, George Enescu à Bucarest, Montserrat Caballé en Andorre, Reine Elisabeth à Bruxelles et Verbier. Elle a fait partie du Studio de l’Opéra national de Lyon, de l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris et de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence.

Après un début de carrière en tant que mezzo-soprano (qui l’a menée à l’Opéra national de Paris et sur la plupart des scènes lyriques Françaises, à la Monnaie de Bruxelles, Monte-Carlo, Amsterdam, Liège, Berlin, Glyndebourne, Boston ainsi qu’au Japon) elle chante désormais le répertoire de soprano lyrico-dramatique.

Elle chante à présent des rôles tels que Norma (Rouen, Bilbao), La Comtesse des Noces de Figaro (en tournée en France, en Suisse et en Bulgarie), l'Ecolier dans Dante de Godard (Munich, Versailles), Dorotea dans Stiffelio (Bilbao), Oenone dans Phèdre de Lemoyne (Caen, Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, Reims), Rosalinde dans Die Fledermaus (Festival d’O. à Montpellier) et Cio-Cio-San dans Madame Butterfly (extraits à Rennes). En concert, elle chante la IVe Symphonie et les Kindertotenlieder de Mahler (Saint Céré), le Requiem de Martini et la Messe Solennelle de Berlioz avec le Concert Spirituel (Festival Berlioz à La Côte-Saint-André).
Jérome Ducros, piano
Né en 1974, Jérôme Ducros étudie le piano avec Françoise Thinat au Conservatoire d’Orléans, puis avec Gérard Frémy et Cyril Huvé au CNSM de Paris, où il obtient un premier prix de piano à l’unanimité avec félicitations du jury en 1993. Il poursuit ses études en troisième Cycle et rencontre Léon Fleisher, Gyorgy Sebök, Davitt Moroney, Christian Zacharias… Il étudie parallèlement l’écriture avec Alain Bernaud.
En 1994 a lieu à la Scala de Milan le Premier concours International de Piano Umberto Micheli, organisé par Maurizio Pollini qui siège au jury présidé par Luciano Berio. Jérôme Ducros y obtient le Deuxième Prix, ainsi que le Prix spécial pour la meilleure interprétation de la pièce imposée (Incises, de Pierre Boulez, créée lors de l’épreuve finale).
Depuis lors, les concerts se succèdent : au Festival de Montpellier, à l’Orangerie de Sceaux, à la Roque d’Anthéron, au Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs-Élysées, Salle Pleyel, Radio-France où il fait de nombreuses apparitions, au xaThéâtre du Capitole, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Folle Journée de Nantes, ainsi qu’à Londres, Genève, Rome, Berlin, New York, Tokyo…
On a pu l’entendre en soliste aux côtés d’Orchestres tels que la Philharmonie de Chambre de Paris, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre National de Lille, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre Français des Jeunes ou le Rotterdam Philharmonic Orchestra, avec des chefs tels qu’Alain Altinoglu, Paul Meyer, James Judd, Emmanuel Krivine, Marc Minkowski, Christopher Hogwood…
Très attaché à la musique de chambre, il joue notamment aux côtés d’Augustin Dumay, Michel Portal, Michel Dalberto, Nicholas Angelich, Antoine Tamestit, Paul Meyer, Gérard Caussé, Tabea Zimmermann, Gautier Capuçon, Jean-Guihen Queyras, Henri Demarquette, Renaud Capuçon,
Clemens Hagen, les quatuors Ébène, Modigliani, ou Jérôme Pernoo avec qui il forme un duo depuis 1995. En 2007, il joue en duo aux Victoires de la Musique avec Maxim Vengerov.
Il s’est produit avec la soprano Dawn Upshaw à Londres, New York, Salzbourg et au Théâtre des Champs-Élysées où leur concert est enregistré par Erato. Dans ce domaine, il a également accompagné Diana Damrau, Angelika Kirchschlager, Ian Bostridge, Mojca Erdmann, Laurent Naouri, Stéphanie D’Oustrac, Nora Gubisch… Depuis 2007, il noue une collaboration privilégiée avec Philippe Jaroussky. Ils donnent chaque année de nombreux concerts de mélodies françaises dans les plus prestigieuses salles du monde (Théâtre du Châtelet, Carnegie Hall, Philharmonie de
Berlin, Mozarteum de Salzbourg, Concertgebouw, Monnaie de Bruxelles, Opéra de Tokyo…).
Parmi les oeuvres qu’il a souvent données en récital, la transcription pour deux mains de la Fantaisie pour piano à quatre mains de Schubert a reçu un accueil enthousiaste du public et de la critique. Elle figure sur un disque consacré aux Fantaisies de Schubert (Ligia Digital) qui a obtenu le Diapason d’Or de l’Année 2001. La partition de cette transcription est éditée chez Billaudot.
Parallèlement à sa carrière de pianiste, Jérôme Ducros compose depuis ses plus jeunes années, mais n’a rendu publique cette facette de son activité qu’en 2006, à la parution de son Trio pour deux violoncelles et piano (Billaudot, coll. Gautier Capuçon). Depuis, ses oeuvres ont été jouées à de nombreuses reprises, notamment par Sergey Malov, Sarah Nemtanu, Deborah Nemtanu, Alina Ibragimova, Gérard Caussé, Adrien Boisseau, Jérôme Pernoo, Hélène Dautry, Henri Demarquette, Gautier Capuçon, Georgi Anichenko, Raphaël Sévère, Nora Gubisch, Laurent Naouri, Anastasya Terenkova…
Sa discographie comprend entre autres les Fantaisies de Schubert pour piano seul (Ligia Digital), des oeuvres de Schubert pour piano et violon avec Renaud Capuçon (Virgin Classics), Capriccio avec Renaud Capuçon (Virgin Classics), des oeuvres de Beethoven pour violoncelle et piano avec
Jérôme Pernoo (Ligia Digital), des mélodies Françaises avec Philippe Jaroussky (Virgin Classics), l’oeuvre pour piano et orchestre de Fauré avec l’Orchestre de Bretagne et Moshe Atzmon (Timpani Records), des Contes de Debussy et Poulenc avec Renaud Capuçon et Laurence Ferrari (Virgin Classics), la musique de chambre de Guillaume Connesson (Collection Pierre Bergé).
À paraître : Strauss et Korngold, sonates pour violon et piano avec Renaud Capuçon (Virgin Classics), Brahms et Piazzolla, œuvres pour violoncelle et piano avec Jérôme Pernoo.
 La Symphonie de Poche

Dirigée par Nicolas Simon, la Symphonie de Poche est un ensemble original et ambitieux. Constituée d'une douzaine de musiciens, elle place l'arrangement au coeur de son projet : au-delà d’une simple adaptation à l’effectif de l’ensemble, il vise à offrir un regard neuf et audacieux sur les oeuvres choisies.
Par sa grande mobilité, la Symphonie de Poche peut aussi apporter la musique là où elle ne va pas commodément. Avec enthousiasme et sans le protocole habituel de la musique classique, elle incarne un projet loin de tout a priori.


Un répertoire re-créé

Sous la plume des arrangeurs, le répertoire musical choisi renaît sous une forme nouvelle, adaptée à l'esprit et à la physionomie de l'ensemble. Son identité sonore originale repose sur l'alliage d'instruments rarement associés : au traditionnel quintette à cordes se mêlent ophicléide, clarinettes, harpe, flûte, percussions et accordéon. Le public peut ainsi découvrir une symphonie, une sonate, ou une chanson, vêtue d'habits neufs.

La musique pour tous

L'effectif de la Symphonie de Poche lui permet de se déployer tant dans les salles de concert habituelles que dans des lieux plus intimes ou insolites. Cette proximité avec le public favorise une écoute plus détaillée et une perception personnalisée des instruments. En outre, les concerts de la Symphonie de Poche sont toujours articulés autour d'une thématique. Chaque oeuvre est précédée d'une brève présentation réalisée par le chef d'orchestre, destinée à faciliter l'écoute. Cette particularité permet à la Symphonie de Poche d'être active également dans des contextes non familiarisés à la musique classique.

Jeune public

Les musiciens de l'ensemble sont très attachés à faire découvrir la pratique de leur art aux jeunes auditeurs. Plusieurs actions de sensibilisation peuvent ainsi être mises en place en amont d'une représentation. Du concert pédagogique ou participatif aux interventions dans les écoles et conservatoires, l'ensemble dispose de nombreuses ressources pour stimuler la curiosité du jeune public.

Deborah Nemtanu, violon
Née dans une famille passionnément musicienne, Deborah Nemtanu a quatre ans quand elle fait le choix du violon. Son parcours est synonyme de précocité dans la réussite, et de diversité dans le talent.
Après un prix à l'unanimité en 2001au CNSMD de Paris dans la classe de Gérard Poulet, son talent ne met pas longtemps à être reconnu à l'échelle internationale : Quatrième Prix agrémenté de deux prix spéciaux en 2002 au Concours Jacques Thibaud , en 2007 Deborah est sélectionnée au sein du prestigieux Perlman Program aux Etats Unis. En 2008, elle remporte le 2ème Prix du Concours International Benjamin Britten de Londres accompagnée par le Royal Philharmonic Orchestra. Récemment, elle a été acclamée dans le solo de Sheherazade avec le prestigieux London Symphony Orchestra.  Depuis 2005 elle est violon solo super soliste de l'Orchestre de Chambre de Paris (ancien Ensemble Orchestral de Paris), nommée à l'unanimité. Elle a marqué les esprits en jouant au théâtre des Champs Elysées notamment le Troisième concerto de Saint Saëns avec John Nelson, la Symphonie espagnole de Lalo avec Joseph Swensen, Tzigane de Ravel avec Louis Langrée ou le Concerto de Brahms avec Juraj Valchua. Curieuse, passionnée, Deborah va encore plus loin : en dirigeant elle-même l'orchestre, elle donne au concerto un véritable esprit chambriste. On a pu dernièrement l'apprécier dans les 4 saisons de Vivaldi au Théâtre des Champs Elysées. Elle multiplie aussi, au fil des saisons et festivals - comme aux Folles journées de Nantes et Tokyo - les fécondes rencontres musicales avec Gautier et Renaud Capuçon, Stephen Kovacevich, François Leleux, Emmanuel Pahud ou Jian Wang. 
Jérome Pernoo, violoncelle
A la suite de ses études au Conservatoire de Paris, Jérôme Pernoo a été de nombreuses fois récompensé lors d’importants concours internationaux : Lauréat au Concours Tchaikovsky à Moscou, 3e Prix au Concours Rostropovitch à Paris en 1994 et 1er Prix au Concours de Pretoria en 1996.

Jérôme Pernoo se produit avec la plupart des grands orchestres symphoniques français et collabore étroitement avec l'Ensemble Matheus et Jean-Christophe Spinosi. Avec celui-ci, il a notamment fait ses débuts au Festival de Salzbourg en 2010 et cette saison au Carnegie Hall de New York. A l'étranger, il joue avec des phalanges telles que le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre Symphonique de Vienne, l'Orchestre du Bayerische Staatsoper à Munich, l'Orchestre de l'Opéra de Zurich, l'Orchestre National d'Espagne ou l'Orchestre de la Radio de Stockholm.

Il côtoie en récital, avec le pianiste Jérôme Ducros, quelques-unes des scènes musicales les plus prestigieuses : le Wigmore Hall à Londres, le Théâtre des Champs-Elysées, le Théâtre du Châtelet et la Cité de la Musique à Paris. Ses autres partenaires de musique de chambre se nomment : Alina Ibragimova, Renaud Capuçon, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Henri Demarquette, Christophe Coin, Frank Braley, Nicholas Angelich, Eric Le Sage, Bertrand Chamayou, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, les quatuors Ebène, Modigliani, Chiaroscuro…

Dédicataire d'œuvres de compositeurs tels que Guillaume Connesson, Jérôme Ducros ou Jérémie Rhorer, il a en 2008 interprété en Première mondiale le concerto pour violoncelle de Guillaume Connesson.

Jérôme Pernoo est co-fondateur du Festival de Pâques de Deauville, puis il crée le festival Les Vacances de Monsieur Haydn à La Roche Posay, dont la première édition a eu lieu en 2005.

Il enregistre pour Deutsche Grammophon le Concerto d'Offenbach avec Marc Minkowski et le Concerto de Connesson avec Jean-Christophe Spinosi (à paraître). Avec Jérôme Ducros, il publie les sonates de Rachmaninov et de Bridge, ainsi que la « Sonate à Kreutzer » de Beethoven. Il vient de sortir un disque entièrement dédié à la musique de chambre de Guillaume Connesson dans la collection Pierre Bergé.

Il joue actuellement un violoncelle baroque et un violoncelle piccolo italiens anonymes du XVIIIe siècle, école de Milan, ainsi qu'un violoncelle moderne fabriqué pour lui par Franck Ravatin.

En 2005, il est nommé professeur de violoncelle au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Jérôme Pernoo tient ici à rendre hommage à ceux qui lui ont appris le violoncelle : la très dévouée Germaine Fleury, Klaus Heitz, Xavier Gagnepain et Philippe Muller au Conservatoire de Paris.
 Quatuor HERMES
Omer Bouchez, violon
Elise Liu, violon
Lou Chang, alto
Anthony Kondo, violoncelle

La florissante carrière du Quatuor Hermès comprend des tournées aux quatre coins de l’Europe, en Asie (Chine, Japon, Taiwan), aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, ainsi qu’au Maroc, en Egypte au Kazakhstan ou aux Emirats Arabes Unis. Ils sont fréquemment invités dans de grands festivals français et étrangers comme celui de la Roque d’Anthéron, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Radio France et Montpellier, le festival du Périgord Noir, le festival de Colmar, le festival de L’Orangerie de Sceaux, le festival de Pâques de Deauville ; au Cheltenham Music Festival, Mecklenburg-Vorpommern festival, Krzyzòwa Music Festival, Mantova Chamber Music festival…
Régulièrement invité aux Etats-Unis, le quatuor s’y produit dans de prestigieuses salles comme au Kennedy Center de Washington ou au Carnegie Hall de New York.
Leur parcours est jalonné de rencontres déterminantes : les quatuors Ravel, Ysaÿe, et Artemis avec lesquels les quatre musiciens se sont formés et ont développé une pensée musicale commune ; puis des personnalités marquantes comme Eberhard Feltz à Berlin, et plus tard Alfred Brendel, immense inspiration avec lequel ils travaillent régulièrement aujourd’hui.
Le Quatuor Hermès a reçu de nombreux prix : « Révélation Musicale de l‘Année » du  Prix de la Critique 2014-15, le « Nordmetall Ensemble Preis 2013 » du festival Mecklenburg-Vorpommern. Il est également Premier Prix du Concours International de Genève 2011, PremierPrix au concours FNAPEC 2010, Premier Prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon 2009, et Premier Prix aux YCA International Auditions à New York.
Les quatre musiciens étaient artistes en Résidence de la Chapelle Reine Elisabeth de 2012 à 2016, et sont soutenus depuis 2015 par la fondation d’entreprise Banque Populaire et la fondation Singer-Polignac à Paris.
Les disques du quatuor Hermès ont tous été récompensés par la critique française et internationale. Après une intégrale des quatuors de Robert Schumann très remarquée (notamment récompensée par un Choc de l’année 2015 du magazine Classica), leur dernier opus paru en Janvier 2018 et consacré aux quatuors de Ravel, Debussy et Dutilleux a reçu un Choc de Classica, ffff de Télérama et 5 diapasons, ainsi que des récompenses en Allemagne et aux Pays-Bas.

Elise Liu joue un violon David Tecchler prêté par le Fonds Instrumental Français.
Depuis août 2016, Omer Bouchez joue un violon de Joseph Gagliano 1796 prêté par Mécénat Musical Société Générale.

Nicolas Rigas, baryton-basse

Il apprend le chant avec Mireille Alcantara du CNSM de Paris et par intermittence avec le ténor Serguej Larin et en Masterclass avec Mirella Freni.

Il obtient son prix de Chant en 2005 avec mention très bien. Avant de se consacrer au chant, il fut admis à l'école nationale de la rue Blanche (E.N.S.A.T.T) puis à La Royal Academy of Dramatic Art de Londres et a joué des rôles tels que Rodrigue du Cid ou Eddy (Œdipe contemporain) de Greek.

Il est le "Talent Cannes 2002" de l'A.D.A.M.I.

Dans un souci constant de progresser, il se perfectionne auprès de Peter MATTEI, Diana DAMRAU et Michaël VOLLE. Il continu à travailler régulièrement avec Mireille ALCANTARA et la chef de chant Ruta LENSIASKAITE, de l’Opéra de Paris.

Il est un Papageno remarqué de La Flûte Enchanté de MOZART dirigé par Louis LAVIGUEUR au FOSE à Montréal au Canada et crée Le Roi SHA dans la Création mondiale Sha-Klotho de Martyna KOSECKA dirigé par Berislav SIPUS au Konzerthall der Wiener SangerKnaben de VIENNE, diffusé en direct sur ARTE TV, et à l’Opéra National de Croatie.

Nous avons également pu l’entendre dans les rôles Guglielmo (Cosi fan Tutte), Figaro et du Comte (Noces de Figaro), Leporello (Don Giovanni),  Escamillo (Carmen), Jupiter (Orphée aux Enfers), Ben (Téléphone), Papageno (La Flûte Enchantée) au Théâtre du Gymnase et au Châtelet à PARIS (dir. Paul KUENZ), ainsi que les 4 Diables (Dir. Philippe HUI) dans la production des Contes d’Hoffmann mise en scène par Julie DEPARDIEU. Il était Ecolastico dans la zarzuela Les Neveux du Capitane Grant (Dir. Tito MUNOZ) à l’Opéra National de Lorraine, Falke dans La Chauve Souris de STRAUSS à l'Opéra de Clermont-Ferrand et un Haly remarqué dans l’Italienne à Alger au Théâtre des CHAMPS-ELYSEES aux cotés de Marie-Nicole LEMIEUX (Dir. Sir Roger NORRIGTON) qui, selon Alfred Caron d'Opéra Magasine : « L'excellent Haly de Nicolas Rigas — très belle voix de baryton-basse bien conduite — compose un personnage de Majordome faussement obséquieux et rigolard très réussi ».

Lauréat du Concours International de chant organisé par la chaine MEZZO, il chante Verkoc dans la création mondiale The Secret Agent, dirigé par Sara JOBIN, à NEW YORK au Contemporary Opera, en Hongrie et à l'Opéra d'Avignon. Il est cité “Révélation” et “Coup de Cœur” par Le FIGARO.

Baryton Solo de La Messe de Ste Cécile de Gounod organisée par Ève RUGGIERIE à la Cathédrale de Chartres dirigé par Jean-Yves OSSONCE, il est Beppo de Gianni Schicchi de PUCCINI sous sa direction à l’Opéra de Tours mise en scène de Paul-Emile FOURNY.

Il est Korolev dans l'opéra contemporain britannique Laika, The Spacedog, dirigé par son compositeur Russell HEPPELWHITE, à LONDRES et à l’Opéra d’Avignon et retransmis sur ARTE, l’Agent de Police Secrète dans Le Consul de Menotti sous la direction d’Inaki ENCINA-OYON au Théâtre de l’Athénée à Paris et signe la mise en scène de Don Giovanni à Alger pour la réouverture de l’Opéra en décembre 2014, où il chante Masetto et Le Commandeur dirigé par Amine KOUIDER.

Dernièrement, il est lauréat du Concours International de chant de Budapest et est Arnolphe /Lindorff dans l’adaptation de l’Ecole des Femmes et des Contes d’Hoffman de Molière/Offenbach aux G.E du Château de VERSAILLES  repris en octobre 2017 à l’Opéra d’Avignon, Le Sacristain de Tosca dirigé par A.CABLEY à l’Opéra de Nîmes aux coté de Jean-Pierre FURLAN, Le Roi SHA, Alcindoro dans la Bohème dirigé par Léo HUSSEIN à l’Opéra de ROUEN et Le Sacristain doublure de Scarpia dans Tosca au Festival de Pezenas aux cotés de Luca Lombardo en octobre, Valère du Médecin Malgré lui de GOUNOD à l’Opéra de Rennes en Novembre et Décembre 2017,  Benoit et Alcindoro à l’Opéra de Massy en Mars 2018 et sera Germont de Traviata, mise en scène par Mireille DELUNSCH, avec les opéras d’Alsace en Avril 2018.

Il sera de nouveau Arnolphe /Lindorff dans l’adaptation de l’Ecole des Femmes et des Contes d’Hoffman de Molière/Offenbach aux G.E du Château de VERSAILLES en juin 2018 et Calchas en octobre 2018 à Toulouse.

François Salque, violoncelle
Diplômé de l'université de Yale et du Conservatoire de Paris, François Salque est, très jeune, primé dans les concours internationaux (Genève, Tchaikovsky, Munich, Rostropovitch, Leonard Rose...). « La sensibilité et la noblesse de son jeu » alliés à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permettent de remporter pas moins de 10 premiers prix et autant de prix spéciaux. Ses concerts l'ont déjà mené dans plus de soixante pays et ses enregistrements en soliste ou en musique de chambre en compagnie d'Eric Le Sage, Alexandre Tharaud, Emmanuel Pahud ou Vincent Peirani, ont été salués par la presse (Diapasons d' Or de l' année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l'académie Charles Cros, Victoires de la Musique, « Élu Citizen jazz », Palme d'Or de la BBC).

François Salque signe également sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste. Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces de compositeurs contemporains, notamment de Thierry Escaich, Karol Beffa, Nicolas Bacri, Jean-François Zygel, Krystof Maratka ou Bruno Mantovani. Il est également à l'origine de plusieurs créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles. Sa profondeur musicale, sa technique et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique. Il enseigne aujourd'hui à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) et au Conservatoire de Paris (CNSMDP).
logo note  les artistes invités depuis 2011
  Découvrez les artistes qui ont enchantés notre festival depuis 2011 -> Cliquez ici
© festivaldesjourneesmusicales.org  |  intranet  |  espace membre  |  infos légales  |  haut  |  le festival des journées musicales est sur twitter  le festival des journées musicales est sur facebook