retour archives
logo note   les artistes présents au festival 2013
Christophe Gaugué, alto
Naissance le 30 septembre 1961 à Nancy. Premier Prix d’alto et de musique de chambre au CNSM de Paris en 1984 .Christophe Gaugué a été nommé Alto Solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France en 1986.
En 1999, il enregistre « La truite » avec Guillaume Paoletti et « la Création du Monde » de Milhaud, version quintette avec Eric Lesage, Raphaël Oleg et Teddi Papavrami.
Il est actuellement Professeur assistant au CNSM de Paris, et a enseigné 12 ans au CNR de Paris.
Il s’est produit en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France dans Harold en Italie de Berlioz, la Symphonie Concertante de Mozart, « Replica » de Peter Etvös.
Il participe à de nombreux festivals de musique : Le Luberon, Arc et Senan, la Roque d’Anthéron, Saint-Lizier, les Arcs, Montreux, la Prée, l’Empéri, le Japon, la Corée, la Nouvelle-Calédonie, Québec, etc, notamment avec le Trio Wanderer. Christophe Gaugué a enregistré « la Truite » de Schubert, le Quatuor op.25 de Brahms avec le Trio Wanderer, et des œuvres pour alto solo de Fénelon, Fervers et Stravinsky.
En 2006, il est nominé aux Grammy Awards pour son enregistrement des Concertos Brandebourgeois de J.S.Bach.
En 2007, Christophe Gaugué joue « Harold en Italie » de Berlioz à Essen, Stuttgart, Frankfurt, et Köln, sous la direction de Myung-Whun Chung.
En 2010, pour le Festival de l’Empéri, il est le partenaire en musique de chambre d’Eric Lesage, Paul Meyer, Emmanuel Pahud et bien d’autres artistes renommés. Il joue régulièrement avec Prometheus 21, groupe de musique de chambre issu du Trio Wanderer.
En 2011 , il enregistre avec le Quatuor Elysée les Quatuors de Rachmaninoff et de Tchaïkoxsky n°1. Il est invité par Jean Dekyndt à diriger une session de futurs musiciens d'orchestre à Montpellier. Les Festivals de Gourdon, du Loir l'accueillent en 2012.
Enfin, il est invité à deux reprises au Festival des Journées Musicales entre Loir et Loire.
Il vient d'enregistrer l'opus 60 de J.Brahms.  
Isabelle Georges, chant

Isabelle Georges a grandi au son des vocalises de sa maman, des gammes de sa grand-mère et des contes fantastiques que lui racontait son père. Elle fait ses premiers pas avec la compagnie Victor Cuno dans From Harlem to Broadway, puis joue dans Marilyn de Montreuil, Chère Daisy, Happy Feet, La Crise est finie et devient ce que les Anglo-Saxons appellent une ?triplethreat? : elle chante, danse et joue la comédie.

Elle enchaine les premiers rôles dans Barnum (Jean Paul Lucet/Les Célestins), Le Passe Muraille (Alain Sachs/Bouffes Parisiens), Nymph Errant (Rodger Redfarn/Chichester Festival, UK), Chantons sous la pluie (Jean-Louis Grinda/Théâtre de la Porte Saint Martin), La Périchole (Jérôme Savary/Théâtre National de Chaillot), L?Air de Paris (Thierry Harcourt/Le Comédia), Et si on chantait (David Bréval/Espace Cardin) et Titanic (Jean-Louis Grinda/ORW) où elle rencontre Maury Yeston et Frederik Steenbrink. Avec ce dernier, elle crée Une Étoile et Moi, hommage à Judy Garland, à Paris et au Fringe Festival d?Edimbourg 2005. S?ensuivent deux tournées en Angleterre, au Pays-Bas et le Festival de Cabaret d?Adélaïde en Australie.

Isabelle crée la version française de December Songs de Maury Yeston, adaptée par Boris Bergman, au Théâtre du Renard puis au Festival d?Avignon.

Elle joue avec Jean-Claude Dreyfus Petit traité de manipulation au XXe Théâtre, crée La French Touche au Fringe Festival d?Edimbourg et Du Shtetl à New York avec Richard Schmoucler et son Sirba Octet au Festival d?Ile-de-France 2007, à l?affiche du théâtre de l?Européen en 2008, de la Cigale en 2009 et du Concert Gebouw (Amsterdam) en 2010.

Avec Josette Milgram, Isabelle crée Cabaret Terezin au Théâtre Marigny, sur des chansons adaptées par Boris Bergman et Yiddish Rhapsody avec le Sirba Octet et l?Orchestre Symphonique de Pau, spectacle qui a vu le jour au Palais de Beaumont à Pau, puis a été présenté à la Cigale en 2009 et au Théâtre des Champs Elysées en 2010.

Incitée par Daniel Klajner, elle se penche sur l?histoire de Norbert Glanzberg et crée le spectacle Padam Padam avec Jean-Luc Tardieu. Padam Padam est l'un des grands succès de l'année 2011 (Théâtre La Bruyère, Théâtre des Mathurins et théâtre de La Gaîté Montparnasse).

Isabelle a été, avec Sirba Octet, l?invitée exceptionnelle des Victoires de la musique classique le 14 février 2011 à Nantes (cérémonie retransmise en direct sur France 3) et, avec la troupe de Padam Padam, de Musique en fête aux Chorégies d?Orange, le 20 juin 2011, devant 9 000 spectateurs et 2 millions de téléspectateurs de France 2.

Après les 24 représentations exceptionnelles d'Une Etoile et Moi au théâtre Antoine au mois de décembre 2011, elle partage son temps entre la tournée du spectacle Padam Padam et la création de son nouveau spectacle.

Juliette Hurel, flûte
Juliette Hurel est une des flûtistes incontournables de la scène musicale française et étrangère. Premier Prix de flûte et Premier Prix de musique de chambre à l?unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, elle est lauréate de nombreux concours internationaux tels que ceux de Darmstadt, Kobé, Bucarest ou le concours Jean-Pierre Rampal. En 2004, elle est nommée pour les « Révélations de l?année « aux Victoires de la Musique Classique ».
Chambriste recherchée, elle se produit aux côtés de musiciens tels que Philippe Graffin ,Youri Bashmet, Jean-Guihen Queyras, Truls Mork , Stephen Kovacevich, , Marielle Nordmann, le Trio Wanderer? On la retrouve régulièrement en soliste avec l?Orchestre d?Auvergne, l?Orchestre de chambre de Toulouse, l?Orchestre de l?Opéra de Rouen, l?Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, « Les Siècles », le BBC orchestra of Wales, le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra, l?Orchestre Métropolitain de Montréal? ainsi que sur de prestigieuses scènes telles que le Théâtre des Champs Elysées, La Cité de la Musique, le musée d?Orsay à Paris , le Grand Théâtre de Provence , le Wigmore Hall de Londres, le Concertgebouw d?Amsterdam, et que lors de festivals comme la Roque d?Anthéron, les Folles Journées de Nantes, de Tokyo, Festival de la Meije, Colmar, Auvers-sur-Oise ?
Ayant à c?ur d?interpréter la musique d?aujourd?hui, elle a eu l?occasion de travailler avec des compositeurs tels que Pierre Boulez, Pascal Dusapin, Philippe Hersant, Eric Tanguy? 


La discographie de Juliette Hurel comprend plusieurs enregistrements en compagnie de la pianiste Hélène Couvert, enregistrements qui ont reçu de nombreux prix et qui ont été chaleureusement salués par la critique : Martinu/Prokoviev, Lyrinx ; Musique française pour flûte du XXème siècle, Naïve-Valois ; Sonates de Haydn, « Impressions françaises » , Zig-Zag Territoires. Juliette Hurel a également enregistré les Concertos pour flûte et orchestre de C.P.E. Bach avec l?Orchestre d?Auvergne sous la direction d?Arie Van Beek toujours chez Zig-Zag Territoires . 


Elle est régulièrement invitée lors d?émissions de radio et de television. (Arte , Mezzo,?la boite à musique? , ?toute la musique qu?ils aiment??)
Depuis 1998, Juliette Hurel occupe le poste de flûte solo de l?Orchestre Philharmonique de Rotterdam dirigé par Valery Gergiev et depuis 2008 par Yannick Nézet-Séguin.
Après avoir été professeur au conservatoire Royal de La Haye , elle enseigne à présent au Conservatoire de Rotterdam. (codarts)
Christine Icart, harpe
Premier Prix du concours international Lily Laskine (unique lauréate française de ce concours depuis sa création), Christine Icart est l?une des représentantes de l?école de harpe française. Après avoir débuté la harpe à l?âge de six ans au conservatoire de Nice, elle termine brillamment ses études par le premier Prix de harpe du Conservatoire National Supérieur de Paris, et se perfectionne auprès de Marielle Nordmann.
Christine Icart est lauréate de nombreux concours internationaux : Premier Prix du concours international Louise Charpentier, Prix de la Fondation pour la vocation Bleustein Blanchet, lauréate de l?Action Musicale Philip Morris, Prix de la Spédidam, lauréate de la Fondation Natexis-banque populaire.


Une grande partie de sa carrière est consacrée à la musique de chambre qu?elle partage avec ses amis musiciens comme, Philippe Bernold, Emmanuelle Bertrand, Renaud Capuçon, le Quatuor Debussy, le Quatuor Parisi, Patrice Fontanarosa, Benoît Fromanger, Françoise Masset, Marielle Nordmann, Bruno Pasquier, Jean-Pierre Rampal?


Elle s?est produite dans les salles telles que Gaveau, Pleyel, Radio-France, Théâtre des Champs Elysées, ainsi que dans de nombreux festivals comme les Chorégies d?Orange, Festival de Besançon, les Flâneries de Reims, Saoû chante Mozart, Festival Berlioz de la Côte Saint André, Festival d?Ile de France, Festival de l?Abbaye de l?Epau, Festival de la Vézère, Festival International de Malte...

Ses concerts l?amènent également à se produire à l?étranger : en Allemagne, Espagne, Italie, Indonésie, Thaïlande, Nouvelle Calédonie, Russie?


En tant que soliste, elle a été invitée par l?orchestre Pasdeloup, l?orchestre des concerts Lamoureux, l?orchestre d?Avignon, l?orchestre de chambre d?Auvergne, l?orchestre Cannes Provence Alpes Côte d?Azur, l?orchestre de l?Opéra de Nice, la Capella Istropolitana, le Mendelssohn Chamber Orchestra?

On peut également l?entendre régulièrement sur les ondes de France Musique ou sur France 3 dans l?émission d?Alain Duault « Toute la musique qu?ils aiment » où elle est invitée par Dee Dee Bridgewater .
Christine Icart est également à l?affiche en 2006 du Théâtre Montparnasse dans le spectacle « Ma vie avec Mozart » d?Eric-Emmanuel Schmitt avec la mezzo soprano Françoise Masset et l?acteur Didier Sandre.
Elle a enregistré un disque flûte et harpe avec Philippe Bernold, des Mélodies de Louis Vierne avec Mireille Delunsch et un CD/DVD autour des mélodies de Joseph Kosma enregistré par le Duo Masset/Icart (Zig-Zag Territoires) qui a obtenu 5 Diapason.
Christine Icart est d?autre part directrice artistique du festival «les Rencontres Musicales» (Savoie), et enseigne la harpe au Conservatoire National de Région de Rueil Malmaison.
Christian-Pierre La Marca, violoncelle
« Jeune violoncelliste en pleine ascension » pour le magazine Diapason, Christian-Pierre La Marca s’épanouit dans un répertoire varié et ambitieux, à l’image de ce « musicien curieux, capable de croiser un orgue comme d’empoigner un grand concerto romantique (...) et dont la sûreté de l’archet, la pureté de l’intonation, la tenue de la ligne mènent l’auditeur directement au coeur de l’indicible » selon Classica, somme toute « un jeune homme qui se classe déjà parmi les maîtres du violoncelle » pour reprendre la formule utilisée par le journal La Croix.

Sans doute doit-il ces qualités artistiques aux grands pédagogues sous la supervision desquels il étudie à Paris (Jean-Marie Gamard et Philippe Muller), sans oublier Frans Helmerson à Cologne et Steven Isserlis à Londres. Il forge également sa personnalité artistique en travaillant avec Mstislav Rostropovitch, Heinrich Schiff, Natalia Gutman, Anner Bylsma et Gary Hoffman. Il est aussi encouragé et inspiré par un cercle de grands artistes tels que Itzhak Perlman, Maria-Joao Pirès, Thomas Quasthoff, le Quatuor Artemis, Seiji Ozawa ou encore Philippe Jaroussky. Son parcours est couronné de succès aux Concours Internationaux d’Osaka, New York, Francfort, Londres (Philharmonia). Il est Révélation Classique de l’Adami 2005 et à plusieurs reprises artiste invité aux Victoires de la Musique.

Christian-Pierre La Marca est invité dans le monde entier dans de prestigieuses salles telles la Salle Pleyel ou le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, Southbank Center de Londres, Bozar à Bruxelles, Philharmonie de Berlin, Musikverein et Konzerthaus de Vienne, Mozarteum de Salzbourg, Concertgebouw d’Amsterdam, Elbphilharmonie à Hambourg, Alte Oper à Francfort, Herkulesaal de Munich, Victoria Hall de Genève, la Fenice à Venise, le Théâtre du Mariinski à Saint-Pétersbourg, Oji Hall de Tokyo, Montréal (Salle Bourgie), New York (92d), Chicago (Ravinia), Melbourne (Arts Center), Sydney (Angel Place) Delhi (Imperial) et bien d’autres encore.

Il est aussi à l’affiche de grands festivals français (Pablo Casals, Aix-en-Provence, La Roque d'Anthéron, La Grange de Meslay, Auvers-sur-Oise, La Folle Journée de Nantes, Saintes, Montpellier, Menton...) et étrangers (Verbier, Ravinia, Santander, Dresden Festpiele, Bad Kissingen, Meklenburg Vorpommern, Moritzburg, Trondheim...).

Très demandé en concerto, il se produit avec de nombreux orchestres (Philharmonia Orchestra, London Chamber Orchestra, Orchestre National de France, Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, Orchestre National de Lorraine, Brussels Philharmonic, Philharmonique du Luxembourg, Philharmonia Salzburg, Wiener Concert-Verein, Collegium Munich, Sinfonia Varsovia…) ou ensembles sur instruments d’époque (Les Siècles, Le Concert de la Loge, les Ambassadeurs…) sous la direction de François-Xavier Roth, Emmanuel Krivine, Augustin Dumay, Pascal Rophé, Oksana Lyniv, Gérard Korsten, Antoni Ros-Marba, Clemens Schuldt, Alexis Kossenko, Julien Chauvin…

Également très recherché en musique de chambre il a joué en compagnie d’illustres musiciens aussi différents que Renaud Capuçon, Augustin Dumay, le regretté Didier Lockwood, Michel Portal, Edgar Moreau, Thierry Escaich, Nicholas Angelich, Igor Levit, Kit Armstrong, Jean-Frédéric Neuburger, Jonas Vitaud, Adam Laloum, Cédric Tiberghien, Eric Le Sage, Thibaut Garcia, Thibault Cauvin, les Quatuors Ebene, Arod, Modigliani, Danel ou Hermès. Il partage une complicité artistique avec la pianiste Lise de la Salle, avec laquelle il donne maints concerts. Amoureux du beau chant, il s’est également produit aux côtés des chanteurs Philippe Jaroussky, Roberto Alagna, Bernarda Fink, Julie Fuchs, Karine Deshayes ou Patricia Petibon. Christian-Pierre est également membre fondateur du Trio Dali, très actif sur les scènes internationales.

Artiste exclusif Sony Classical, sa discographie s’affirme très inventive et remporte de nombreuses récompenses (Diapason d’Or, Choc de Classica, Grammophone, Strad, RTL d’Or, Selection Le Monde, Le Figaro…). Elle comprend les Suites pour violoncelle seul de Bach ; L’Heure Exquise, un disque en hommage à la mélodie française ; Cantus, un album enregistré en collaboration avec l’ensemble Les Ambassadeurs. Son dernier album Paris-Moscou (Fauré-Rachmaninov) avec Lise de la Salle est paru en 2018.

Christian-Pierre partage avec son frère Adrien La Marca, la direction artistique du Festival du Forez (Loire), « l’un des 12 festivals qui comptent en France » pour la revue Télérama.

Il est professeur lors des master-class de violoncelle de l’Académie Philippe Jaroussky au sein de La Seine Musicale. Artiste officiel Larsen Strings, il est ambassadeur Gewa Case et Henle Library. Il joue un violoncelle unique de Jean-Baptiste Vuillaume (1856) et la Fondation de la Vocation met à sa disposition un archet rare de Jacob Eury (1825).
Deborah Nemtanu, violon
Née dans une famille passionnément musicienne, Deborah Nemtanu a quatre ans lorsqu’elle choisit le violon. Son parcours est synonyme de précocité dans la réussite et de diversité dans le talent.

Après un prix mention très bien obtenu à l’unanimité en 2001 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, son talent ne met pas longtemps à être reconnu à l’échelle internationale : prix de l’Académie internationale de musique Maurice Ravel, quatrième prix agrémenté de deux prix spéciaux au concours Jacques Thibaud en 2002. En août 2007, elle est sélectionnée au sein du prestigieux Perlman Program aux États-Unis. En avril 2008, elle remporte le deuxième prix du Concours international Benjamin Britten de Londres accompagnée par le Royal Philharmonic Orchestra. Elle a été acclamée dans le solo de Schéhérazade avec le prestigieux London Symphony Orchestra.

Depuis 2005, elle est violon solo super soliste de l’Orchestre de chambre de Paris. Elle a marqué les esprits en jouant au théâtre des Champs-Élysées notamment le Troisième Concerto de Saint-Saëns avec John Nelson, la Symphonie espagnole de Lalo avec Joseph Swensen, Tzigane de Ravel avec Louis Langrée, le Concerto de Brahms avec Juraj Val?uha et les concertos de Bach avec sa sœur Sarah Nemtanu. Curieuse, passionnée, Deborah Nemtanu va encore plus loin : en dirigeant elle-même l’orchestre, elle privilégie la connivence entre la soliste qu’elle est et les musiciens et donne au concerto un véritable esprit chambriste. On a pu dernièrement l’apprécier dans les concertos de Mozart au théâtre des Champs-Élysées. Elle multiplie aussi, au fil des saisons et des festivals – comme ceux des Folles Journées de Nantes et Tokyo –, les rencontres musicales fécondes avec, entre autres, Boris Berezovsky, Stephen Kovacevich, François Leleux, Emmanuel Pahud ou Jian Wang.

En 2013 paraît un CD de musique française, pour le label Mirare ovationné par la critique : outre le Premier Concerto de Saint-Saëns, il comprend des pièces de Fauré sous la direction de Thomas Zehetmair avec l’Orchestre de chambre de Paris. En décembre 2014 sort un enregistrement des concertos pour violon de Bach et Schnittke, dans lequel elle s’illustre avec sa sœur Sarah Nemtanu.

Deborah Nemtanu joue sur un violon de Domenico Montagnana de 1740, généreusement prêté par Monceau Investissements Mobiliers, société du groupe Monceau Assurances.
Jean-Frédéric Neuburger, piano

Né en 1986 à Paris, Jean-Frédéric Neuburger s?impose rapidement comme un des plus brillants musiciens de sa génération. Enfant, il étudie en parallèle l?orgue, le piano et la composition avant d?intégrer à treize ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris d?ou il ressortira muni de cinq premiers prix.



Finaliste remarqué au Concours International Long-Thibaud en 2004, il débute également une carrière de pianiste importante, caractérisée par la variété extrême de son répertoire, de Bach aux compositeurs du XXIème siècle. Il a alors l?occasion de se produire dans d?importants festivals (Saratoga, Verbier, Lucerne) et avec les orchestres les plus prestigieux : New-York Philharmonic, San Francisco Symphony, Philadelphia Orchestra, Orchestre de Paris, Orchestre Philarmonique de Radio-France, NHK Symphony Orchestra, Bamberger Symphoniker? Il collabore avec des chefs distingués comme notamment Lorin Maazel, Michael Tilson Thomas, Jonathan Nott, Osmo Vanska, ou Pierre Boulez avec qui il travaille sa Deuxième Sonate pour piano.


Ses ?uvres pour piano et de musique de chambre sont créées et programmées dans de nombreux festivals : Klavier-Festival Ruhr, Festival des Serres d?Auteuil, Festival Messiaen de la Meije, ainsi qu?au Musikverein de Vienne et à l?Auditorium du Louvre, parfois par le compositeur lui-même et par des interprètes de talent tels que les violoncellistes Tatjana Vassiljeva et François Salque, le pianiste Bertrand Chamayou, les percussionnistes Daniel Ciampolini et Emmanuel Curt. En 2010 le Festival de la Roque d?Anthéron lui commande une nouvelle ?uvre pour deux pianos et percussions et en 2012 sa «Cantate profane sur deux poèmes d?Aimé Césaire», commande de Radio-France, est interprétée par le ch?ur et l?orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Pascal Rophé.


Depuis 2009, Jean-Frédéric Neuburger enseigne l?accompagnement au piano au CNSM de Paris. Il a été nommé en 2010-2011 «Rising Star» par la Cité de la Musique (Paris) et a obtenu en 2010 le Prix Lili et Nadia Boulanger de l?Académie des Beaux-Arts.

Ses enregistrements sont sortis en majeure partie chez Mirare, et ses premières partitions (Maldoror pour piano, Souffle sur les cendres pour violoncelle et piano) sont éditées aux Editions Durand (Universal Music Publishing).
Guillaume Paoletti, violoncelle
Après avoir obtenu à l’unanimité un premier prix de violoncelle et de musique de chambre au Conservatoire de Paris (CNSM), Guillaume Paoletti - né en 1968 -  se perfectionne à deux reprises aux États-Unis aux universités de Yale (A. Parisot) et de Bloomington (J. Starker). Ex-membre de l’Orchestre des jeunes de la Communauté Européenne (1989-1993), il joue sous la direction de B. Haitink, M. Rostropovitch et C.M. Giulini.

De 1992 à 1997, il est membre du Trio Bartholdy avec lequel il mène une intense activité de chambriste - 150 concerts, 4 premiers prix internationaux dont l’ARD de Munich - et côtoie des maîtres tels Isaac Stern, Yo-Yo Ma et Menahem Pressler. Il est également membre du Quatuor Arpeggione de 2001 à 2002 et du Trio Hoboken de 2003 à 2006.

Actuellement et depuis plus de vingt ans, Guillaume Paoletti - titulaire du Certificat d’Aptitude -  est professeur-assistant au CNSM de Paris. De 1998 à 2015, il est le violoncelle solo de l’Orchestre de chambre de Paris avec lequel il donne d’innombrables concerts tant en France qu’à l’étranger et avec lequel il se produit également en soliste, notamment à Saint-Pétersbourg, Berlin, Paris (Théâtre des Champs-Élysées, direction John Nelson) et au festival de Colmar.  

Sa discographie comporte de nombreux enregistrements avec l’Orchestre de chambre de Paris, deux disques consacrés à Schubert, un disque avec l’Élégie de Fauré (version avec orchestre) et un disque Smetana/Dvorak avec le Trio Hoboken.  

Depuis 2011, il est co-Directeur Artistique du Festival des Journées Musicales entre Loir et Loire (Président : Guy de Brantes), un festival de musique de chambre et de musique du monde autour d’artistes tels que les violonistes Déborah Nemtanu – avec laquelle il a eu le plaisir de partager la direction artistique du festival jusqu’en 2016 - Sarah Nemtanu, Pierre Fouchenneret et Raphaël Oleg, les altistes Christophe Gaugué et Adrien La Marca, les violoncellistes François Salque, Victor Julien-Laferrière et Christian-Pierre La Marca, les pianistes Adam Laloum, Claire Désert, Franck Braley, Jérôme Ducros, Eric Le Sage, Romain Descharmes et Yun-Yang Lee, les instrumentistes à vent Nicolas Baldeyrou, Nora Cismondi, David Guerrier et Giorgio Mandolesi, les Quatuors Voce, Zaïde et Arod, le Quintette Moragués, le Sirba Octet, le comédien-récitant Franck Bellucci, le groupe A Filetta (polyphonies corses), l’accordéoniste Richard Galliano etc…
Denis Pascal, piano
Denis Pascal fut élève de Pierre Sancan, puis de Jacques Rouvier et de Léon Fleisher et effectua un troisième cycle de perfectionnement au CNSM de Paris. Lauréat des concours internationaux de Lisbonne, du Concert Artist Guild de New York et de celui de Zürich, il part aussitôt se perfectionner auprès de György Sebök, à l?Université d?Indiana à Bloomington durant trois ans. Ce seront ensuite des collaborations et des tournées régulières avec le grand violoncelliste Janos Starker.

Les concerts de Denis Pascal sont mûrement réfléchis. Soucieux de garder une conscience historique du piano, il cherche des familles musicales, lie, sort des sentiers battus pour offrir un spectacle respectueux et ouvert à tous. Il n?est pas non plus un touche-à-tout, mais applique cette éthique avec rigueur et constance tant dans le répertoire lisztien que la musique impressionniste ou les partitions post-romantiques. Son approche singulière de tous les pans du répertoire pianistique ainsi que son ardeur à défendre les ?uvres plus rares font de lui l?un des artistes les plus marquants de la scène française et internationale.

Denis Pascal se produit en France et dans le monde entier comme soliste et comme musicien de chambre. Il a fait de nombreuses apparitions aux Etats-Unis ? Lincoln Center et Merkin Hall de New York, Kennedy Center de Washington, Herbst Theater San Francisco ? en Asie au festival de Yokohama, Séoul, comme en Europe (concerts à Palerme, Rome, Venise, Lisbonne, Helsinki, Liepaja, Madrid, Valence). Il est régulièrement invité en Allemagne au prestigieux festival de piano de Husum, y défendant les programmes les plus audacieux. En France, à Paris, le public du Théâtre des Champs-Élysées, du Théâtre du Châtelet, du Théâtre de la Ville, de la Salle Gaveau et de l?Opéra Garnier a pu l?applaudir, ainsi que celui de nombreux festivals internationaux. Il s?est produit avec les orchestres nationaux de Lyon, Bordeaux, Besançon et l?Orchestre d?Auvergne.

La discographie de Denis Pascal reflète bien sûr ses engagements musicaux. Pour le label français Polymnie, il a ainsi enregistré l?intégrale des Rhapsodies Hongroises de Franz Liszt dont la force expressive été unanimement saluée par la presse musicale, avec notamment un Choc du Monde de la Musique, le Prix de l?Association Française Franz Liszt, le « Recommandé » par Classica. Fort récemment, il a gravé le Concert pour violon, quatuor à cordes et piano d?Ernest Chausson, toujours chez Polymnie, qui a reçu un accueil enthousiaste de la critique lors de sa parution à la rentrée 2006. Un mois plus tard, toujours pour Polymnie, sa collaboration avec l?orchestre Les Siècles de François-Xavier Roth dans les deux concertos de Chopin a renouvelé notre vision des sonorités de ces ?uvres emblématiques ? piano Pleyel 1920 et instruments d?époque. Parmi les projets discographiques qui ont connu une énorme reconnaissance de la critique : un disque monographique consacré à Jean Wiener pour Sisyphe qui a obtenu en mars 2008 un Diapason d?Or.

Pédagogue unanimement apprécié, Denis Pascal a été nommé professeur de la classe de piano du Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Lyon en janvier 2010, puis de celle du CNSM de Paris en mai 2011. Il a également contribué à l?élaboration de plusieurs ouvrages didactiques en collaboration avec la Cité de la Musique de Paris. Il est à l?origine de plusieurs saisons musicales, dont la saison « Les Tons Voisins » ? Rencontres internationales de musique de chambre d?Albi - qui rencontre un vif succès. Louée unanimement par la presse, cette saison investit les lieux les plus inattendus de cette ville récemment classée patrimoine mondial de l?UNESCO.

 Sirba Octet
Fondé en 2003 par le violoniste Richard Schmoucler et formé par sept autres musiciens classiques issus des formations les plus prestigieuses, le Sirba Octet fait ses premiers pas, avec la complicité de l'Orchestre de Paris, au Théâtre Mogador et propose une lecture originale du répertoire yiddish.
 
Ce spectacle intitulé Un violon sur les toits de Paris, sera suivi en 2005 par la sortie du premier album A Yiddishe Mame pour le label Ambroisie (Naïve). Pour répondre à une commande du Festival d?Île-de-France de 2007, les musiciens du Sirba Octet s?associent aux talents de celle que les Anglo-Saxons appellent une triple-threat parce qu?elle chante, danse et joue la comédie, la chanteuse Isabelle Georges et produisent le projet Du Shtetl à New York. Inspiré du documentaire Du Shtetl à Broadway réalisé par Fabienne Rousseau Lenoir, il retrace l?odyssée de milliers d?hommes et de femmes à travers la musique. Le programme s?étend du Shtetl (village en yiddish) à l?âge d?or de la comédie musicale américaine et alterne entre théâtre yiddish, berceuses, standards de jazz, klezmer et ragtime. La collaboration avec Isabelle Georges se poursuit autour d?une commande de l?Orchestre de Pau Pays de Béarn (sous la direction de Fayçal Karoui) avec la création d?un programme symphonique et vocal le Yiddish Rhapsody. Ce spectacle fera l?objet d?un troisième disque chez Naïve, d?une série de concerts et d?une reprise avec l?Orchestre Lamoureux au Théâtre des Champs-Élysées en 2010.
Les albums du Sirba Octet sont salués par le presse et les médias et obtiennent notamment un 10 de Répertoire-Classica pour Du Shtetl à New York, le Prix de l?Association Européenne pour la Culture Juive et de nombreuses récompenses...Un reportage d?Alain Duault pour France 3 leur sera également consacré. En février 2011, le Sirba Octet est par ailleurs l?ensemble choisi des Victoires de la Musique Classique pour se produire aux côtés de l?orchestre des Pays de la Loire ainsi que pour le Festival Radio Classique 2012 à l?Olympia. Invité par les plus grands festivals classiques, le Sirba Octet se produit dans de nombreuses salles de concert en France et à l?étranger dont notamment le Théâtre des Champs-Élysées, le Concertgebouw d?Amsterdam, dans le cadre de tournée, ou encore en séries longues à l?Européen et La Cigale à Paris.
Le répertoire du Sirba Octet s?enrichit régulièrement d??uvres connues ou plus originales, grâce à la complicité des arrangeurs Cyrille Lehn et Yann Ollivo.Si la virtuosité et l?émotion se retrouvent inévitablement dans ces airs marqués par l?errance d?un peuple, c?est la couleur, la richesse et l?inventivité de la réécriture musicale qui viennent révéler ces thèmes si souvent fredonnés. Cet ensemble de musiciens classiques qui excellent hors des circuits traditionnels s?attachent savamment à réunir les genres et réussissent le pari de créer des programmes musicaux inédits qui allient la musique de chambre, la musique symphonique et la musique traditionnelle.
© festivaldesjourneesmusicales.org  |  intranet  |  espace membre  |  mon compte  |  infos légales  |  haut  |  le festival des journées musicales est sur twitter  le festival des journées musicales est sur facebook