retour archives
logo note   les artistes présents au festival 2016
 A FILETTA, Chants polyphoniques corse
Jean-Claude ACQUAVIVA - François ARAGNI - Paul GIANSILY - Stéphane SERRA - Jean SICURANI - Maxime VUILLAMIER

Depuis plus de trois décennies, l'ensemble polyphonique A Filetta est l’un des groupes phare du chant en Corse. Cette formation dont l’objectif premier fut de participer à la sauvegarde du patrimoine oral insulaire, s’est largement ouverte au monde tout en demeurant ancrée dans sa terre d’origine. Elle se caractérise par une inventivité toujours renouvelée et une interprétation exigeante.

Bien des collaborations ayant jalonné sa route ont stimulé sa créativité et enrichi son répertoire ; c’est ainsi que son chemin a croisé ceux du théâtre, de la musique de film, ou encore de la danse contemporaine.

« En octobre 1978, naissait le groupe A Filetta. A l'époque nous ne savions pas et d'ailleurs, nous ne savons toujours pas, s'il s'agissait du rêve d'une esquisse ou de l'esquisse d'un rêve. L'esquisse d'une demeure à jamais ouverte où pourraient venir trouver refuge, les âmes entremêlées, qui dans leur quête d'éternité, tissent et retissent les fils de ce vieux partage qu'est le chant. Le rêve d'un navire sans pavillon, parti de nulle part sillonner l'ailleurs où des phares immémoriaux pourraient peut-être un jour lui dire : " c'est là, parmi vous, dans l'éphémère partagé que sont les étendues éternellement heureuses ".
Franck Bellucci, comédien récitant
Agrégé de Lettre Modernes, Franck BELLUCCI s’adonne depuis plusieurs années déjà à l’écriture et à la pratique théâtrale.
Son premier roman, Ce Silence-là, s’inspire d’un fait divers (l’affaire « piano man ») et se plaît à imaginer une fiction à partir d’une histoire étrange, celle d’un jeune homme amnésique et mutique retrouvé un matin, errant, seul, sur une plage déserte. Son recueil de nouvelles Et pour le Pire présente quant à lui 14 récits, 14 fragments de vies qui tous racontent, avec gravité ou légèreté, avec noirceur ou dérision, le moment où tout bascule au sein d’une existence.
Franck Bellucci est aussi l’auteur de trois pièces, L’InvitéeLa Chambre Myosotis et L’Autre, toutes publiées (Editions théâtrale Les Mandarines)
montées et jouées à plusieurs reprises. Bien que très différentes dans leurs tonalités, ces trois œuvres partagent une même ambition : explorer les relations entre les êtres et montrer la complexité, voire les contradictions, de l’âme humaine. Avec L’Autre, Franck Bellucci a en outre, pour la première fois, assuré la mise en scène d’un spectacle.


Mais c’est surtout en tant comédien que Franck Bellucci investit les planches. Formé au Cours Florent, il a en effet joué de nombreux rôles relevant de registres très divers (Henri dans Un Air de Famille de Jaoui et Bacri, Mr. Smith dans La Cantatrice chauve de Ionesco, Don Juan dans La Nuit de Valognes d’E.E Schmitt, le narrateur dans le monologue Novecento Pianiste d’A. Baricco, Valmont dans Les Liaisons dangereuses d’après Laclos…). Il a aussi interprété certains personnages de ses propres pièces : Paul dans L’Invitée, Martin dans La Chambre Myosotis, Lui 2 dans L’Autre.

Dans Six heures au plus tard, il interprète le rôle de Gus, personnage solitaire aussi farfelu que singulier, dont l’amusante fantaisie cache en vérité un secret et des souffrances mal cicatrisées. Une fois encore, Franck Bellucci se plaît à défendre un personnage tout en nuances explorant une palette de sentiments divergents et d’émotions variés.
Lidija et Sanja Bizjak, piano
Originaires de Belgrade, Lidija et Sanja Bizjak sont toutes deux formées par Zlata Males, avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Jacques Rouvier. En parallèle de leurs activités de soliste, elles créent leur duo en 2002 lors d’un concert à la Philharmonie de Belgrade. En 2005, elles remportent deux « Prix Spéciaux » au prestigieux Concours International de Musique de l’ARD à Munich.

Très apprécié du public, le duo s’est déjà produit à la Cité de la Musique, au Musée d’Orsay, à Radio France, à la Salle Gaveau à Paris, ainsi qu’à Düsseldorf, Genève, Londres, Venise, Rome, Belgrade, Tokyo… Lidija et Sanja sont également les invitées de festivals tels que La Roque d’Anthéron, le Festival de Nohant, le Festival d’Auvers-sur-Oise, Annecy Festival, de « La Folle Journée », du Palazzetto Bru Zane…

Elles se produisent régulièrement avec orchestre, dont l’Orchestre National de France, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, le Sinfonia Varsovia, le Hong Kong Sinfonietta, l’Opéra de Rouen…

Avec le Britten Sinfonia sous la direction de Ludovic Morlot elles se sont produites dans le Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns au Royal Albert Hall de Londres lors de leurs débuts au BBC Proms 2009.

Leur premier disque consacré à l’intégrale des œuvres pour piano à 4 mains de Stravinsky est paru en 2012 chez Mirare. Cet enregistrement a été très chaleureusement salué par la critique (ffff de Telerama, Choix « France Musique »). De plus ArteLiveWeb a diffusé leurs interprétations de La Valse de Ravel et de West Side Story de Bernstein, captés au Festival de La Roque d’Anthéron, dans de nombreux pays.

Pour le centenaire du Sacre du Printemps, Lidija et Sanja ont été en tournée en Angleterre, en Irlande, en Australie, et ont également donné de nombreux concerts au Japon.

En février 2014, le jury du festival des « Sommets Musicaux de Gstaad » séduit par leur jeu leur attribue le Prix « Pro Scientia et Arte » qui leur offre un disque avec orchestre.Ce disque vient de paraître chez OnyxClassics ; un disque magnifiquement distribué sur le marché international et qui propose, entre autres, les concertos pour deux pianos de Martinu et de Poulenc avec le Stuttgarter Philharmoniker. Lidija et Sanja seront bientôt en tournée avec l’Orchestre des Pays de Savoie, en concert avec l’Orchestre Symphonique de Nancy, et dans de nombreux festivals.
Christophe Bredeloup, percussion
Christophe Bredeloup étudie la percussion au Conservatoire national de Région de Boulogne Billancourt puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient un premier prix de percussion et de musique de chambre.
Son activité de soliste chambriste est partagée entre l’interprétation du répertoire et la création d’œuvres. Il s’est produit à Radio-France, aux Musicades de Lyon, au Centre Georges Pompidou, à la Salle Gaveau, à la Roque d’Anthéron, à la Filature de Mulhouse, à l’Hippodrome de Douai...
Soliste à l’Itinéraire, il enrichit son expérience au sein d’autres ensembles de musique contemporaine (EIC, Court-Circuit, 2e2m, s:i.c., etc.).
Depuis 1988, il est professeur à l’ENM du Blanc-Mesnil et depuis 1994, au Conservatoire de Saint-Denis.
Camille Fonteneau, violon
Jeune violoniste dynamique passionnée par la musique de chambre, Camille Fonteneau est actuellement étudiante au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe d’Alexis Galpérine (assistants Ana Reverdito-Haas et Eric Crambes).

Membre de la Rotterdam Chamber Music Society, elle a eu l’occasion de participer à divers festivals (la Roque d'Anthéron, Rencontres Musicales de Saint-Césaire avec les membres de l’Ensemble Calliopée, Estivales en Puisaye, Musicales de Thèze, Festival les Voûtes Célestes, Festival de Chaillol, Jeunes Talents...).

Repérée à l'occasion de plusieurs concours (Bellan, Marie Cantagrill, Jeunes Solistes de la Sorbonne), Camille Fonteneau se produit lors de divers concerts, en musique de chambre, en soliste, ou au sein d'orchestres (Prométhée, Ostinato, OFJ) dans de nombreux pays (Europe, Etats-Unis, Inde, Israël...).

Originaire de Lyon, elle y débute le violon au CRR avec Isabelle Faussurier avant de se perfectionner au Conservatoire Régional et au Pôle Supérieur de Paris avec Larissa Kolos. Elle bénéficie régulièrement de master-classes auprès de professeurs de renom tels que Marianne Piketty, Axel Strauss et Jan Repko. Camille est membre fondatrice du Trio Hélios.
Claudine Legras, alto
Après ses études au CNR de DIJON, puis au CNR de PARIS dans la classe de Laurent VERNEY, Claudine Legras entre au CNSM de PARIS ,dans la classe de Sabine TOUTAIN en 2004, et obtient en 2008 son DFS avec mention très bien. Elle obtient également un premier prix à l’unanimité avec félicitations du jury de quatuor à cordes avec le quatuor Hesperis, quatuor dont elle sera membre de 2006 à 2008. Elle poursuit ensuite ses études en Master dans la classe de David GAILLARD et Nicolas BONE, et obtient son diplôme avec une mention Très Bien à l'unanimité du jury en 2011. Elle remporte en 2003 le premier prix du concours national des jeunes altistes. Elle s'est perfectionnée lors de master-class auprès de Yuri Bashmet, Nobuko Imai, Hatto Beyerlé, Bruno Pasquier, Pamela Frank... 

Chambriste passionnée, elle a été amenée à se produire aux côtés de Nicolas Dautricourt, Svetlin Roussev, Xavier Phillips, David Gaillard, Laurent Verney, Lise Berthaud, François Salque, Roland Pidoux, Laurent Cabasso, lors de festivals tels que les Rencontres artistiques de Bel-air, Rencontres de violoncelles de Belaye, Festival Juventus, Festival de Kuhmo…

Ses différentes expériences d'orchestre (Alto solo à l'Orchestre d'Auvergne, Alto solo Orchestre des Pays de Savoie, Opéra de Paris, Orchestre National de France, Orchestre Philarmonique de Radio-France, Orchestre français des jeunes, Orchestre des jeunes de l'Union Européenne) lui ont permis d'être dirigée par de grands chefs tels que Esa-Pekka Salonen, Ricardo Mutti, Bernard Haitink, Kurt Masur, Sir Colin Davis, Sir John Eliot Gardiner, Valery Gergiev, Daniele Gatti.... Elle est également membre de l'ensemble « les Dissonances » de David Grimal depuis 2008.
Giorgio Mandolesi, Basson
Basson solo à l’ Orchestre de Paris depuis mars 2003, Professeur de basson moderne et historique à la ZHdK Zurcher Hochschule der Kunst (Zurich) depuis septembre 2001 et Professeur de basson historique au CNSMDP, Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris depuis septembre 2007.

Après avoir obtenu son Premier Prix au Conservatoire de Musique “S.Cecilia” de Rome dans la classe du professeur Marco Costantini en 1991, Giorgio Mandolesi a étudié avec Milan Turkovic à l’Ecole de Musique de Florence et avec Daniele Damiano (premier basson solo du “Berliner Philarmoniker”) à l’Accademia Chigiana di Siena.

Basson solo à l’Orchestra Giovanile Italiana et à la Gustav Malher Jugend Orchestre, il a gagné quatre concours de basson solo : à l’orchestre du Théâtre P.L. da Palestrina de Cagliari, à l’orchestre du Théâtre La Fenice de Venise, à l’orchestre du Théâtre Carlo Felice de Gênes et à l’ Orchestre de Paris.

Il a été basson solo au Théâtre S.Carlo de Naples, basson solo au Théâtre Carlo Felice de Gênes.

Après avoir étudié le basson baroque et classique avec Alberto Grazzi à la “Scuola Civica di Musica” de Milan, où il a obtenu son Premier Prix en Juin 1999, il joue avec plusieurs ensembles et orchestres sur instruments anciens, notamment: La Petite Bande de Sigiswald Kuijken, Europa Galante de Fabio Biondi, La Grande Ecurie et La Chambre du Roi de Jean-Claude Malgloire, Balthasar Neumann Ensemble de Thomas Hengelbrock, Orchestre des Nations de Jordi Savall, Concerto Italiano de Rinaldo Alessandrini. Il est membre des octuors à vent classiques Ensemble Philidor et Ensemble Zefiro, jouant avec des musiciens tels Alfredo Bernardini, Paolo et Alberto Grazzi. Il a été professeur à la Jove Orchestra de Catalunya et à la ESMUC, Escola Superior de Musica de Catalunya (Barcelona), pour la formation de bassonistes espagnols, et professeur de basson baroque, classique et de musique de chambre à la Scuola di Alto Perfezionamento Musicale de la ville de Saluzzo.
Il enregistre pour des différentes maisons discographiques comme Virgin (pour laquelle il a enregistré le concerto “La Tempesta di mare” de Antonio Vivaldi pour flûte, hautbois et basson avec Europa Galante), Calliope, Stradivarius et Bongiovanni.
Zoran Markovic, contrebasse
Gradué de l’Académie de Musique de Podgorica, Zoran Marković suivit sa M.A. à la Faculty of Musical Art à Belgrade. Le contrebassiste continua ensuite ses études auprès de professeurs de renom à Venice, Cremona, Munich, Salzburg.

Pendant ses études, il remporta de nombreux prix nationaux et internationaux. Membre du Slovene Philharmonic String Chamber Orchestra il gagna le Prešeren Fund prize en 1999, le O. Župančič prize en 2004, et le J. Betetto prize en 2006.

Zoran Marković se produit en Slovénie et à l'étranger en tant que soliste, avec des orchestres et des musiciens de chambre renommés.

Ces dernières années, il s’est dévoué à la conduite de musique symphonique et d’opéra, pratique qu’il mène avec brio.
Gilles Millet, violon
Après un deuxième prix au Concours International Bach de Paris, en 1986, Gilles Millet entre l'année suivante en tant que premier nommé au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Régis Pasquier. Il a 15 ans. Premier prix à l'unanimité et prix spécial pour la pièce contemporaine, en 1991. Mais Gilles Millet est surtout le second violon du Quatuor Danel qui s’impose dès ses débuts sur la scène internationale, remportant parmi les plus hautes distinctions aux concours internationaux de Florence, Evian, Saint-Pétersbourg (Chostakovitch) et Londres. Parmi ses mentors : les Quatuors Amadeus et Borodine, Fiodor Droujinine (Quatuor Beethoven), Walter Levin (Quatuor Lasalle), Pierre Penassou (Quatuor Parennin), Hugh Maguire, etc.

Il se produit aussi bien en soliste qu’en musique de chambre à travers l’Europe, et l’Asie. Professeur invité au Conservatoire Supérieur de musique de Lyon et à l‘Orpheus Institut de Gand, en 2003 et 2004, Gilles Millet donne des Master-Class régulièrement en Europe et est actuellement professeur de Musique de Chambre à l’Institut supérieur de Musique et de Pédagogie, à Namur (Belgique). Le Quatuor Danel est en résidence à l’Université de Manchester (UK) depuis dix ans.

Connu pour son introspection systématique du répertoire, le Quatuor Danel compte à son actif plusieurs intégrales : notamment Beethoven, Chostakovitch, Weinberg, Tchaïkovsky, Schubert, Brahms, Schumann, Bartók et Saygun.
Concerts:
Avec plus de 80 concerts par an, son parcours l’a amené à se produire dans les plus grandes salles européennes et internationales : Concertgebouw d’Amsterdam, Konzerthaus de Vienne et de Berlin, Wigmore Hall à Londres, Tonhalle de Düsseldorf, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Sapporo Concert Hall, Suntory Hall à Tokyo, Philharmonie de Saint-Pétersbourg, Opéra-Bastille, Cité de la Musique, Musée d’Orsay à Paris…

Le quatuor figure régulièrement à l'affiche des festivals de musique de chambre les plus réputés : Kuhmo Chamber Music Festival en Finlande, Festival de Cork en Irlande, Festival Alpen Klassik et Schlessig Holstein en Allemagne, Musica à Strasbourg, le Festival de Fayence et de Montpellier en France, Stavelot et Musica Mundi à Bruxelles, Zaubersee Lüzern Festival en Suisse, Festival MITO et la Bienale de Venise en Italie etc…

Ses tournées en Russie, Chine, Japon, Amérique du nord et du sud alternent avec des concerts réguliers en Allemagne, Hollande, Angleterre, Belgique, France, Roumanie, Pologne, Italie, Turquie, Espagne, Portugal, etc...
Deborah Nemtanu, violon
Née dans une famille passionnément musicienne, Deborah Nemtanu a quatre ans lorsqu’elle choisit le violon. Son parcours est synonyme de précocité dans la réussite et de diversité dans le talent.

Après un prix mention très bien obtenu à l’unanimité en 2001 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, son talent ne met pas longtemps à être reconnu à l’échelle internationale : prix de l’Académie internationale de musique Maurice Ravel, quatrième prix agrémenté de deux prix spéciaux au concours Jacques Thibaud en 2002. En août 2007, elle est sélectionnée au sein du prestigieux Perlman Program aux États-Unis. En avril 2008, elle remporte le deuxième prix du Concours international Benjamin Britten de Londres accompagnée par le Royal Philharmonic Orchestra. Elle a été acclamée dans le solo de Schéhérazade avec le prestigieux London Symphony Orchestra.

Depuis 2005, elle est violon solo super soliste de l’Orchestre de chambre de Paris. Elle a marqué les esprits en jouant au théâtre des Champs-Élysées notamment le Troisième Concerto de Saint-Saëns avec John Nelson, la Symphonie espagnole de Lalo avec Joseph Swensen, Tzigane de Ravel avec Louis Langrée, le Concerto de Brahms avec Juraj Val?uha et les concertos de Bach avec sa sœur Sarah Nemtanu. Curieuse, passionnée, Deborah Nemtanu va encore plus loin : en dirigeant elle-même l’orchestre, elle privilégie la connivence entre la soliste qu’elle est et les musiciens et donne au concerto un véritable esprit chambriste. On a pu dernièrement l’apprécier dans les concertos de Mozart au théâtre des Champs-Élysées. Elle multiplie aussi, au fil des saisons et des festivals – comme ceux des Folles Journées de Nantes et Tokyo –, les rencontres musicales fécondes avec, entre autres, Boris Berezovsky, Stephen Kovacevich, François Leleux, Emmanuel Pahud ou Jian Wang.

En 2013 paraît un CD de musique française, pour le label Mirare ovationné par la critique : outre le Premier Concerto de Saint-Saëns, il comprend des pièces de Fauré sous la direction de Thomas Zehetmair avec l’Orchestre de chambre de Paris. En décembre 2014 sort un enregistrement des concertos pour violon de Bach et Schnittke, dans lequel elle s’illustre avec sa sœur Sarah Nemtanu.

Deborah Nemtanu joue sur un violon de Domenico Montagnana de 1740, généreusement prêté par Monceau Investissements Mobiliers, société du groupe Monceau Assurances.
Guillaume Paoletti, violoncelle
Après avoir obtenu à l’unanimité un premier prix de violoncelle et de musique de chambre au Conservatoire de Paris (CNSM), Guillaume Paoletti - né en 1968 -  se perfectionne à deux reprises aux États-Unis aux universités de Yale (A. Parisot) et de Bloomington (J. Starker). Ex-membre de l’Orchestre des jeunes de la Communauté Européenne (1989-1993), il joue sous la direction de B. Haitink, M. Rostropovitch et C.M. Giulini.

De 1992 à 1997, il est membre du Trio Bartholdy avec lequel il mène une intense activité de chambriste - 150 concerts, 4 premiers prix internationaux dont l’ARD de Munich - et côtoie des maîtres tels Isaac Stern, Yo-Yo Ma et Menahem Pressler. Il est également membre du Quatuor Arpeggione de 2001 à 2002 et du Trio Hoboken de 2003 à 2006.

Actuellement et depuis plus de vingt ans, Guillaume Paoletti - titulaire du Certificat d’Aptitude -  est professeur-assistant au CNSM de Paris. De 1998 à 2015, il est le violoncelle solo de l’Orchestre de chambre de Paris avec lequel il donne d’innombrables concerts tant en France qu’à l’étranger et avec lequel il se produit également en soliste, notamment à Saint-Pétersbourg, Berlin, Paris (Théâtre des Champs-Élysées, direction John Nelson) et au festival de Colmar.  

Sa discographie comporte de nombreux enregistrements avec l’Orchestre de chambre de Paris, deux disques consacrés à Schubert, un disque avec l’Élégie de Fauré (version avec orchestre) et un disque Smetana/Dvorak avec le Trio Hoboken.  

Depuis 2011, il est co-Directeur Artistique du Festival des Journées Musicales entre Loir et Loire (Président : Guy de Brantes), un festival de musique de chambre et de musique du monde autour d’artistes tels que les violonistes Déborah Nemtanu – avec laquelle il a eu le plaisir de partager la direction artistique du festival jusqu’en 2016 - Sarah Nemtanu, Pierre Fouchenneret et Raphaël Oleg, les altistes Christophe Gaugué et Adrien La Marca, les violoncellistes François Salque, Victor Julien-Laferrière et Christian-Pierre La Marca, les pianistes Adam Laloum, Claire Désert, Franck Braley, Jérôme Ducros, Eric Le Sage, Romain Descharmes et Yun-Yang Lee, les instrumentistes à vent Nicolas Baldeyrou, Nora Cismondi, David Guerrier et Giorgio Mandolesi, les Quatuors Voce, Zaïde et Arod, le Quintette Moragués, le Sirba Octet, le comédien-récitant Franck Bellucci, le groupe A Filetta (polyphonies corses), l’accordéoniste Richard Galliano etc…
Florent Pujuila, clarinette
Lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux dont le prestigieux A.R.D de Munich, Florent Pujuila se produit avec de nombreux orchestres en France et à l’étranger, tels que l’Orchestre de la Radio bavaroise, l’Orchestre de chambre de Munich, le Collegium de Bâle, etc.

Il est aujourd’hui clarinette solo de l’Orchestre de chambre de Paris, professeur au Conservatoire de Rueil-Malmaison, chef invité de divers orchestres français, directeur du Festival et de l’Académie des Musiques dels Monts et nommé récemment « Génération Spedidam 2014 ».

On le retrouve en musique de chambre aux côtés d’interprètes de renom comme Roland Pidoux, le quatuor Modigliani, Anneleen Lennaerts Thomas Zehetmair, Jean-François Zygel, François Salque, Pierre Fouchenneret, ou encore Yovan Markovitch, Deborah Nemtanu et Romain Descharmes avec qui il a enregistré un disque consacré aux trios avec clarinette, salué par la critique et récompensé d’une Clef Resmusica et d’un « Ring » Classique info. Florent Pujuila se produit en récital dans des salles prestigieuses telles que le théâtre des Champs-Elysées, la salle Gaveau, Konzerthaus Berlin, Prinzregententheater et Herkulessaal à Munich.

Ardent défenseur du répertoire contemporain, il travaille avec des compositeurs qui ont une influence quotidienne sur ses orientations artistiques comme Luciano Berio, Giorgi Kurtag, Pierre Boulez, Bruno Mantovani, Nicolas Bacri ou Vinko Globokar, Thierry Escaich. Ce goût pour les musiques modernes ou d’avant-garde ainsi que pour l’improvisation le conduit à partager la scène avec des artistes de jazz et de musiques improvisées tels que Jacques Di Donato, Bernard Lubat, Bruno Chevillon, Fabrice Martinez, Beñat Achiary ou Eric Echampard.

Cette activité créative, Florent Pujuila la développe également avec des ensembles pour lesquels il écrit la musique. Ainsi le « Crash » quartet jazz mutant, Ailleur5 world-jazz,  Brahmâ trio ou Ciento Veint latin-jazz sont des projets où les champs musicaux explorés témoignent de son envie permanente de découvrir tous les idiomes modernes, vivants, vecteurs d’émotions et de communication avec le public.

Il est régulièrement sollicité pour la composition de pièces de musique de chambre ou pour des ensembles aux frontières des esthétiques classiques, contemporaines et du jazz. Sa dernière œuvre, l’opéra d’artifice « Gilgamesh » créé en août 2013  mettait en scène la célèbre épopée du Roi d’Ourouk.
Thomas Saulet, flûte
Elève de Philippe PERROUSSET, Thomas SAULET obtient en 2004 son Prix de flûte traversière au CNSM de LYON dans la classe de Philippe BERNOLD puis se perfectionne au CNSM de Paris auprès de Pascal Moraguès.
Emmanuel PAHUD qui fût son professeur au conservatoire de GENEVE l’encourage à participer à plusieurs projets musicaux internationaux.

Il rejoint ainsi Yo yo MA dans son aventure du  SILK ROAD PROJECT de 2001 à 2002 puis renforce sa passion de la pratique orchestrale en jouant sous la baguette de chefs hors du commun comme Claudio ABBADO et Yvan FISHER lors des tournées européennes du Gustav Mahler Jugend Orchester.

Thomas SAULET est actuellement Flûte solo de l’Orchestre Pasdeloup et se produit régulièrement au sein d’orchestres français prestigieux
© festivaldesjourneesmusicales.org  |  intranet  |  espace membre  |  mon compte  |  infos légales  |  haut  |  le festival des journées musicales est sur twitter  le festival des journées musicales est sur facebook